Encheres Publiques
Nous sommes le 18 Sep 2018, 21:31
Partager à vos réseaux
forum
Vente aux enchères des Avocats
Vos questions et réponses sur les services des ventes aux enchères des Avocats.Problèmes d'immobilier liés aux propriétaires, copropriétaires, marchands de biens, locataires, squatteurs. Enregistrez-vous !

Un homme de paille pour une boucher de pain

Messagepar jerome kardiff » 13 Sep 2013, 10:44

BONJOUR A TOUS ,

Tout d'abord merci pour votre site d'information , pour les précieux conseils que j'y trouve à chaque connexion et enfin de m'avoir accepté parmi vos membres.

Je poste ma demande dans ce forum , et je m'excuse par avance si ce n'était pas le bon endroit.

nous sommes à la recherche depuis plus d'un an , d'un château avec des dépendances à la vente pour y héberger une association à but non lucratif concernant l’accueil de femmes et d'enfants en difficulté dan sla région sud ouest de la France.

En automne 2012 nous tombons sur une agence immo du Tarn qui nous propose le bien de nos rêves , et accepte de proposer notre offre aux propriétaires , sans même nous faire signer de mandat.
Sans réponse de leur part quelques semaines plus tard , je les recontacte et ils me disent qu'une contre proposition meilleures que la notre aurait été faite pour ce bien , tout en maintenant le château à la vente dans leur catalogue.

Trouvant ça étrange je décide d'en apprendre d'avantage sur ce bien et me rend compte que le château appartient en fait à une SCI en ayant fait l'acquisition en 2006 et en redressement judiciaire depuis fin 2008. Je décide d'appeler le mandataire liquidateur qui m'explique ne pas avoir les compétence de confier ce bien à une agence et que de toute les façons , cette vente ne peut que passer par lui et le juge commissaire du TGI d'ALBI.

Nous décidons donc de nous porter acquéreur pour ce bien , dans le cadre d'une vente de gré à gré ,sur les conseil du mandataire.nous proposons notre offre sérieuse "cash" (sans financement) pour le rachat des parts de cette SCI , et première chose bizarre ,on nous dit que cette vente se fera dans le cadre d'une vente immo classique avec notaire. est ce déjà normal ?

En juin dernier ,selon la mandataire, le TGI décide de ne pas accepter et de trancher les offres de reprise de gré à gré qui lui sont présentées et décide de la mise en vente aux enchères classiques. pour ça , pas de problême.

Le dossier passe alors du mandataire liquidateur à l'avocat chargé de mettre en place la vente ( les deux portant le même nom de famille .Bizarre ?? je suis peut être un peu complotiste :D )

Je contacte l'avocat pour lui demander de me mettre au courant de la date de la visite et de la vente pour ne pas la rater , celui ci me répond assez froidement qu'il ne sait pas , qu'on verra plus tard à la rentré 2013.

je les recontacte hier , même accueil et on me dit que le bien à été vendu , non pas aux enchères , mais dans le cadre d'une vente classique , et devant ma stupéfaction et ma demande d'explication , la secrétaire de l'avocat , après quelques minutes d'attente , paniquée , me renvoie sur le mandataire .

Je rappelle donc le mandataire , tombe sur sa secrétaire qui , après ma demande d'explication , et quelques minutes encore d'attente , m'explique , pas tranquille non plus , que la SCI en redressement depuis 2008 à soudain trouvé un arrangement à l'amiable pour le remboursement de ses dettes .

Est t' il possible qu'après une décision du commissaire du TGI , de faire procéder à la ventes aux enchères publiques d'un bien , on arrive à une vente de gré à gré classique ( version de l'avocate ) ?

Est il possible après cette même décision , que la SCI puissent encore faire annuler une vente (version de la mandataire) ?

Comment puis je vérifier ce qui se passe vraiment car j'ai une impression bizarre dans cette histoire.


MERCI A TOUS ..

Cordialement.

Jérôme.
Avatar de l’utilisateur
jerome kardiff
 
Messages : 1
Inscription : 13 Sep 2013, 09:36

La prochaine fois, soyez discrets

Messagepar xxwz10 » 22 Sep 2013, 00:20

Oui, si le débiteur trouve le moyen de rembourser sa dette, la vente peut etre annulée au dernier moment,
dans le cas de votre histoire, je pense surtout que les mandataires et/ou avocats étaient déjà sur le coup (via un homme de paille, parce que eux n'ont pas le droit) ou alors ils ont commis un délit d'initié en vendant la mèche de la super occas' à des potes, et là vous étiez le petit malin qui allait faire monter les enchères du château qu'ils voulaient se payer pour une boucher de pain, lol, ils ont tout fait pour vous empêcher de l'acheter, même aller baratiner les proprios sur une pseudo meilleure proposition...eux aussi ont perdu l’occasion de vendre leur bien à un bon prix.

La prochaine fois, soyez discrets, ne montrez pas votre intérêt directement, suivez les ventes en ligne, allez au TGI (pas chez le poursuivant) et mandater l'avocat qui va vous y représenter. Ne vous laissez pas baratiner si vous êtes sûr de votre choix.
Avatar de l’utilisateur
xxwz10
 
Messages : 2
Inscription : 21 Sep 2013, 23:58

Re: Un homme de paille pour une boucher de pain

Messagepar @ndreCROCHON » 29 Sep 2013, 03:53

jerome kardiff a écrit:En automne 2012 nous tombons sur une agence immo du Tarn qui nous propose le bien de nos rêves , et accepte de proposer notre offre aux propriétaires , sans même nous faire signer de mandat.
Sans réponse de leur part quelques semaines plus tard , je les recontacte et ils me disent qu'une contre proposition meilleures que la notre aurait été faite pour ce bien , tout en maintenant le château à la vente dans leur catalogue.


Voyez l'agence qui vous a proposé le bien et demandez-lui de voir le mandat, ainsi vous pourrez connaître qui a signé ce mandat et à quel prix..S'il s'y refuse, il en a parfaitement le droit, vous lui dites que, n'étant pas coopératif et surtout ne voulant pas apporter la preuve de son obligation professionnelle qu'il dispose d'un mandat du vendeur , vous êtes conduit à penser qu'il n'y a pas de mandat de vente et dans ce cas, vous ne lui apprenez rien en pensant qu'il est en infraction avec la loi "HOGUET" et que dans ce cas en sortant de chez lui, vous allez au commissariat ou gendarmerie signaler son infraction...Je pense, qu'il sera plus conciliant !

N'oubliez pas de lui rappeler que, sur votre initiative et quelques semaines plus tard, vous lui avez demandé où en était votre offre et qu'il vous avait répondu: " qu'une autre proposition meilleure que la votre aurait été faite pour ce bien", tout en maintenant le château à la vente dans leur catalogue ?

Mes questions:

- lui avez vous fait une offre écrite ? Si OUI, était t-elle au prix demandé ?
- pouvez-vous apporter la preuve de l'existence de l'annonce qui vous a valu de vous rapprocher de l'agence ?
- demandez-lui pourquoi l'offre supérieure n'a pas permis de mettre un terme à la mise en vente ?
- demandez-lui, qui lui a signé le mandat de vente ?
- si l'agence vous demande quelles sont les raisons d'autant de questions, vous pouvez lui dire que, vous êtes à la veille de porter plainte auprès du procureur pour collusion.
- Avant de partir, vous laissez votre carte de visite pour le cas ou il aurait besoin de vous contacter et vous lui demandez la sienne.

Croyez bien qu'après votre passage, il va sérieusement réfléchir.

jerome kardiff a écrit:Trouvant ça étrange je décide d'en apprendre d'avantage sur ce bien et me rend compte que le château appartient en fait à une SCI en ayant fait l'acquisition en 2006 et en redressement judiciaire depuis fin 2008. Je décide d'appeler le mandataire liquidateur qui m'explique ne pas avoir les compétence de confier ce bien à une agence et que de toute les façons , cette vente ne peut que passer par lui et le juge commissaire du TGI d'ALBI.


Faites en sorte d'avoir les renseignements sur la SCI, le dirigeant et les associés, l'adresse du siège...A partir de ces éléments, vous pourrez organiser une enquête de voisinage.

Demandez au liquidateur judiciaire la date du BODAC sur la liquidation judiciaire ou redressement , ainsi que la date de la publication du journal d'annonces légales et sur quel support...En effet, suivant les régions, il y a plusieurs journaux d'annonces légales.

Demandez à rencontrer le liquidateur judiciaire et demandez-lui ; pourquoi , il vous a affirmé que cette vente ne pouvait passer que par lui et le juge commissaire ?

jerome kardiff a écrit:Nous décidons donc de nous porter acquéreur pour ce bien , dans le cadre d'une vente de gré à gré ,sur les conseil du mandataire.nous proposons notre offre sérieuse "cash" (sans financement) pour le rachat des parts de cette SCI , et première chose bizarre ,on nous dit que cette vente se fera dans le cadre d'une vente immo classique avec notaire. est ce déjà normal ?


Vous avez beau jeu de lui demander, pourquoi une première fois, il vous affirmé que cette vente ne pouvait se réaliser que par son intermédiaire et celui du juge commissaire ? Que suite à ses conseils, vous lui avez fait tenir une offre et que pour toute réponse, il vous dit : " Que cette vente se fera dans le cadre d'une vente immo classique avec notaire." est -ce normal ? NON, si le liquidateur judiciaire ne vous donne aucune explication vérifiable .

[
jerome kardiff a écrit:En juin dernier ,selon la mandataire, le TGI décide de ne pas accepter et de trancher les offres de reprise de gré à gré qui lui sont présentées et décide de la mise en vente aux enchères classiques. pour ça , pas de problême.


Cette décision ne peut se faire que par ordonnance du juge commissaire...Demandez à la voir !

jerome kardiff a écrit:Le dossier passe alors du mandataire liquidateur à l'avocat chargé de mettre en place la vente ( les deux portant le même nom de famille .Bizarre ?? je suis peut être un peu complotiste )


Il y a de quoi s'interroger !

jerome kardiff a écrit:Je contacte l'avocat pour lui demander de me mettre au courant de la date de la visite et de la vente pour ne pas la rater , celui ci me répond assez froidement qu'il ne sait pas , qu'on verra plus tard à la rentré 2013.


Normal, il n'a pas encore fixé de date de vente en raison de toutes les démarches administratives à réaliser.

jerome kardiff a écrit:je les recontacte hier , même accueil et on me dit que le bien à été vendu , non pas aux enchères , mais dans le cadre d'une vente classique , et devant ma stupéfaction et ma demande d'explication , la secrétaire de l'avocat , après quelques minutes d'attente , paniquée , me renvoie sur le mandataire .


jerome kardiff a écrit:Je rappelle donc le mandataire , tombe sur sa secrétaire qui , après ma demande d'explication , et quelques minutes encore d'attente , m'explique , pas tranquille non plus , que la SCI en redressement depuis 2008 à soudain trouvé un arrangement à l'amiable pour le remboursement de ses dettes .


Là, rien ne va plus, si le saisi à remboursé ses dettes, il n'y donc plus de vente et pourtant l'on vous dit : " que le bien est vendu "...Bizarre, ne trouvez-vous pas ?

jerome kardiff a écrit:Est t' il possible qu'après une décision du commissaire du TGI , de faire procéder à la ventes aux enchères publiques d'un bien , on arrive à une vente de gré à gré classique ( version de l'avocate ) ?


Je n'ai pas de réponse !

jerome kardiff a écrit:Est il possible après cette même décision , que la SCI puissent encore faire annuler une vente
(version de la mandataire) ?

je n'ai pas de réponse !


Le moins que l'on peut dire, c'est que cette affaire a des zones d'ombre !

Tenez-nous au courant...

Bien cordialement.

@ndré CROCHON
Avatar de l’utilisateur
@ndreCROCHON
Expert du Forum
 
Messages : 1762
Inscription : 21 Déc 2008, 16:42
Localisation : LYON


Retourner vers Vente aux enchères des Avocats



 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne »

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot], Google Adsense [Bot] et 7 invités

   
Accueil Forum Annuaire Emploi Contact Rejoignez nous sur FaceBook Google+ Twitter
© 2018 Encheres-Publiques.com - Tous droits réservés | Mentions légales | Flux RSS
Un homme de paille pour une boucher de pain : Vente aux enchères des Avocats