Encheres Publiques
Nous sommes le 23 Jan 2019, 09:38
Partager à vos réseaux
forum
Guide, Articles des ventes des Commissaires Priseurs
Guide, article pratique des ventes aux enchères des Commissaires Priseurs sur le principe d'une encyclopédie collective des enchères publiques en salle de vente. Enregistrez-vous !

Investir dans le marché de l'art

Messagepar Pierre » 03 Fév 2012, 10:25

L'art, comme l'or, est devenu une valeur refuge.

Sur le marché de l'art en France, Christie's et ses consoeurs n'ont pas, en apparence, de raisons de céder au pessimisme : l'année 2011 leur a offert une croissance à deux chiffres, avec un premier semestre qui fut le meilleur de tous les temps (4,3 milliards d'euros d'enchères dans le monde). L'art, comme l'or, est devenu une valeur refuge : il profite de l'effondrement de la Bourse et des menaces sur les banques. Acheter une oeuvre est un placement risqué, mais exonéré d'ISF, il se transmet en toute discrétion et, avec un minimum de flair, rapportera dix fois plus qu'un livret A. Même si l'on s'est trompé, on aura eu le plaisir des yeux !

D'autant que l'art est de plus en plus ludique. A la suite de Jeff Koons (célèbre pour ses Balloon Dogs), Damien Hirst (requins dans le formol), Maurizio Cattelan (pape écrasé par une météorite) ou Takashi Murakami (sculptures proches des mangas), les plasticiens délaissent l'art purement conceptuel pour des oeuvres plus décoratives. Des footballeurs bien payés ont ainsi fait exploser la cote d'un artiste français né en 1966, Richard Orlinski, en achetant ses crocodiles en acrylique brillant (10 000 euros pièce environ en salle de ventes).

Mais ne nous y trompons pas : Orlinski, avec Robert Combas (premier Français sur le marché avec 101 toiles vendues à 6 287 euros en moyenne) ou Philippe Pasqua (qui peint des figures humaines, 15 000 euros pièce environ), est l'arbre qui cache la forêt - ou plutôt l'absence de forêt. Très peu de Français nés après 1945 jouissent d'une cote internationale. Sur les 125 oeuvres contemporaines vendues en 2011 à plus de 1 million d'euros, aucune n'est française, mais la moitié du ------- 10 est chinois ! Cette année, l'empire du Milieu est passé n° 1 mondial pour les ventes de Fine Art (peinture et sculpture) ; en 2007, il venait seulement de nous ravir la troisième place, derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Le marché de l'art est souvent le reflet de la puissance économique d'un pays. En effet, que faut-il pour que des artistes rayonnent mondialement ? D'abord, une politique publique dynamique (et sélective, ce qui n'est pas le cas en France). Ensuite, des milliardaires collectionneurs et "patriotes". On reproche souvent à François Pinault ou à Bernard Arnault de ne pas soutenir davantage leurs compatriotes, comme le font leurs collègues allemands et surtout chinois. Mais peut-on les blâmer quand nos artistes, très conceptuels, paraissent moins créatifs que les autres ? Ils parlent à peine anglais, alors que le discours autour de l'oeuvre compte autant que l'oeuvre elle-même. Soutenus par les fonds régionaux d'art contemporain, ils n'ont pas eu à aller se frotter au marché international... Autant dire que les dragons n'ont pas fini de tailler des croupières aux crocodiles.

La Chronique de Christine Kerdellant.
Avatar de l’utilisateur
Pierre
 
Messages : 87
Inscription : 02 Déc 2006, 15:09
Localisation : Bordeaux

Retourner vers Guide, Articles des ventes des Commissaires Priseurs



 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne »

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités

   
Accueil Forum Annuaire Emploi Contact Rejoignez nous sur FaceBook Google+ Twitter
© 2019 Encheres-Publiques.com - Tous droits réservés | Mentions légales | Flux RSS
Investir dans le marché de l'art : Guide, Articles des ventes des Commissaires Priseurs